J'ai un projet de plantation agroforestier

Notre équipe pluridisciplinaire est dédiée à accompagner les agriculteurs et les acteurs des territoires dans la concrétisation de leurs projets agroforestiers. Nous comprenons la diversité des contextes, des enjeux, et des objectifs, et c’est pourquoi nous offrons un accompagnement de qualité sur un large éventail de systèmes agricoles. Si vous êtes un agriculteur aspirant à intégrer l’agroforesterie dans votre exploitation, notre expertise est à votre disposition. Découvrez comment nous pouvons personnaliser notre soutien pour répondre à vos besoins spécifiques et faire de votre projet agroforestier une réussite.

  • Définition des besoins de plantation : objectifs et aménagement,
  • Prélèvements et analyse du contexte pédoclimatique
  • Définition du budget hors aides financières
  • Enumération du parc matériel agricole pour :
    – définir les écarts inter haies et de tournure
    – mobiliser les ressources existantes
  • Construction de la proposition adaptée aux contraintes déterminées lors de la visite et aux règlementations en vigueur
  • Proposition appuyée par une cartographie des plantations
  • Le plan comprendra selon le projet : des haies, des arbres isolés, des alignements intra-parcellaires, des bosquets …
  • Réalisation du devis

La répartition des plants se fait selon différentes typologies en fonction des spécificités du plan, des contraintes et des besoins : haies simples ou doubles, mono ou pluristratifiées, alignements d’arbres simples, étagement, maillage, arbres isolés …

Le choix des essences dépendra également des objectifs du porteur de projet : ombrage, brise vent, microclimat, fourrage.

Production :

– Fruits : choix des portes greffes et greffons
– Bois : bois d’œuvre, bois de chauffage, litière…

  • Lutte biologique (auxiliaires)
  • Essentielle pour faciliter la plantation et gagner du temps
    Sous solage à 50 cm de profondeur pour :
  • Casser la croûte de battance
    Permettre une meilleure pénétration du système racinaire
  • Affinage sur 30 cm de profondeur
  • Piquetage : marquage manuel de la position des futures plantations à l’aide de piquets
  • Très important, il permet de limiter la concurrence avec les herbacées et maintenir une terre meuble et humide, favorable à la croissance.
  • Environ 1 m2 de paillis autour de chaque arbre dans l’idéal
  • Le paillis biodégradable (paille, broyat, BRF, PLA, feutre…) permet de nourrir le sol et ne demande pas d’être retiré.
  • Selon le type de paillage choisi (BRF, paille, foin…), il faudra prévoir d’en réappliquer dès la fin de la plantation.

Aménagement d’une jauge pour accueillir les plants, à raison de 1 m3 pour 500 plants

Vérification des plants :

Adéquation avec le bon de commande

Etat du matériel végétal Préparation des plants :

Habillage des racines : sectionner les racines desséchées
Regroupement des plants selon les modules pour faciliter la plantation Pralinage

Les plants reçus : jeunes plants en racine nue (1⁄2 ans) Essences locales et diversifiées Plants garantis 3 ans sous conditions

Etape cruciale pour une bonne reprise, il faudra veiller aux aspect suivants :

  • Piquets : solides, de bonne taille (1m50)
  • Trous : de dimensions suffisantes, avec des parois non lisses
  • Positionnement : le collet au niveau du sol, tige verticale
  • Racines : bien étagées pour permettre une bonne reprise terre : émiettée, légèrement tassée sur le dessus
  • Dans le cas général, on utilisera des gaines agroforestières (anti- chevreuil, anti-lièvre)
  • S’il y a une pression du bétail, on proposera différentes options protections volailles, ovins, bovins,
  • Quelle que soit la protection, elle devra bien protéger le tronc des jeunes plants pour limiter des pertes supplémentaires.
  • Le suivi et entretien des jeunes plantations est effectué par le porteur de projet sur conseil d’un technicien.
  • Sur les premières années, il permet de remplacer les plants morts et de tailler arbres et haies.

Agricole
Les rendements de la culture intercalaire ne sont pas ou peu affectés par la présence des arbres les premières années. Les rendements diminuent après 20 ans et sont ensuite compensés par la vente des arbres.

Bois d’oeuvre
Les arbres des parcelles agroforestières ont une croissance plus rapide et plus régulière que les arbres forestiers, permettant sur le long terme un revenu provenant de la vente des hauts jets.

Bois énergie
Petit bois et bois de mauvaise qualité peuvent être valorisés en énergie sous forme de plaquettes, granulés, bûches…

Production mellifère
L’installation de ruches à proximité de l’exploitation peut permettre la valorisation d’essences mellifères et la diversification de la production.

Production fourragère
La production fourragère dans un système agroforestier permet de limiter l’achat de fourrage, diversifier les apports, et de prendre le relais de l’herbe, notamment en été en attendant le cycle de repousse. Feuilles, jeunes rameaux, ainsi que fruits peuvent être consommés directement, les branches peuvent être coupées puis disposées en rames fourragères.

BRF – Bois rameal fragmenté : issu du broyage de branches, il peut être incorporé dans les premiers centimètres du sol, apportant ainsi de la matière organique à la parcelle. Il peut également servir de paillage pour les plantations, apportant protection et matière organique au plant.

Il n’y a pas d’essence particulièrement appropriée à la fabrication de BRF, tout s’y prête tant qu’il s’agit de bois raméal; jeune bois de l’année.

Retour en haut